ÉVÈNEMENT

SUITES GRAVÉES
Gravure contemporaine
Rosa BURDEOS
Alain CAZALIS
Claire LE CHATELIER
Izumi MATTEI-CAZALIS
Julien MELIQUE.
Du vendredi 25 mars au dimanche 10 avril inclus.
Horaires d’ouverture
Vendredis et lundi 4 avril : 15h – 19h
Samedis et dimanches :10h – 13h et 15h – 19h
Vernissage avec les artistes
Samedi 2 Avril à partir de 16h
Films, démonstrations, visites commentées.
Renseignements et inscriptions : mraabe@club.fr ou 06.11.42.85.21

Exposition de gravures contemporaines de 5 artistes de l’association GRAVER MAINTENANT : Rosa BURDEOS, Alain CAZALIS, Claire LE CHATELIER, Izumi MATTEI-CAZALIS et Julien MELIQUE.
Présentation de techniques de gravures et démonstration d’impression.
Projection de films sur les techniques de la gravure et sur des gravures célèbres de grands artistes.

Rosa BURDEOS
Dans la série « architectures » j’effectue un travail sur les masses et les lignes géométriques qui configurent nos villes et nous offrent les images familières de notre environnement urbain. J’utilise les superpositions des couleurs et leur interaction mutuelle pour obtenir des effets plastiques. De loin ou de près les constructions s’imposent et créent un paysage réinterprété pour communiquer mes sensations. J’espère vous entraîner dans ce voyage.

 

Alain CAZALIS
La série de gravures rehaussées à la plume intitulées « La mer n’est pas une poubelle » est issue d’une réflexion sur les menaces liées à la pollution de la mer par notre activité désordonnée. Les objets inutiles ou usagés délaissés par les hommes viennent à 80% se déverser dans les océans, lieu évidemment très commode pour enfouir avec discrétion nos déjections modernes. Mes navigateurs solitaires doivent éviter ces obstacles hétéroclites, ainsi que la convoitise humaine pour parvenir à leur terre d’asile, une quête qui peut s’apparenter à notre tentative éperdue pour éviter les écueils de la vie courante.Sans sa coquille, l’homme est un animal sans protection. Balloté entre bêtise et suspicion, rejeté par des nationalismes étroits, il traîne son utilité et son histoire incomplète à travers mers et continents à la recherche d’un espace familier capable d’absorber son énergie. Observateur discret des êtres et des choses, souple et résistant, il est toujours prêt à saisir sa chance, même par vent contraire. En équilibre précaire, il sait que, comme notre passage sur terre, son visa de séjour sera bientôt périmé.

 

Claire LE CHATELIER
Peindre et graver : Deux disciplines complémentaires menées en parallèle : je brosse et caresse la toile dans l’une, griffe et entaille la plaque dans l’autre ; je recherche la couleur et la transparence dans l’une, la force des noirs et la matière dans l’autre.
Par l’observation de la nature, j’essaie de transmettre ce qu’elle suscite en moi : force, vitalité, poésie.
La série « Œufs » présentée ici est un prolongement de mon travail sur la germination. Déclinaison de l’ovale, elle est composée d’eaux-fortes où j’ai joué sur le rapprochement et l’inclinaison des plaques, pour créer un ensemble jamais identique. L’œuf est source d’inspiration, origine de la vie, dépositaire de métamorphoses et de transformations révélées.

 

Izumi MATTEI-CAZALIS
Dans son univers graphique, se ressentent, omniprésentes, ses influences japonaises qui donnent à son trait une émotion esthétique et si particulière.
La céramique tout comme la gravure lui apportent un moyen expressif supplémentaire. La variété des supports et les multiples possibilités de rendus conviennent bien à cette artiste, toujours heureuse de se frotter à de nouvelles contraintes techniques exigeantes.
On retrouve d’ailleurs dans son travail d’artiste la patte de la “communicante”, dès lors que chaque œuvre, à travers son approche conceptuelle, amène une réflexion philosophique et sociale. C’est à travers des mises en scènes trompeuses de bestiaires mi-animaux, mi-humains qu’elle donne vie à une autre dimension à son discours et qu’elle amplifie les ambiguïtés des relations humaines. Izumi porte un regard acéré sur la société et propose une réflexion sur le “masque social”, le “paraître”, les jeux de “faux-semblant” où chacun ne montre qu’une partie de sa personnalité.

 

Julien MÉLIQUE
Très investi dans les recherches de supports nouveaux, détournant des matières pourtant peu aptes à subir les tracés d’un graveur, je développe toute une gamme de gravures sur plastique, carton, vinyl, bois compressé, contreplaqué, zinc, aluminium… et utilise toutes sortes de matériaux glanés au cours de mes pérégrinations. Mon projet artistique « Détour autour de la gravure » est un travail d’expérimentation sur les différents états de la matière, l’empreinte gravée comme trace du souvenir, épreuve du passé.